Soignants : Plus de 30 ans dans «le calme» rien n’a changé, pire la situation s’est dégradée…

Tout a commencé en 1988, c’était il y a 32 ans, les infirmières se mettent en grève massivement pour la première et, jusqu’à présent, la seule fois de leur histoire.
Trente deux ans de chants, de slogans et pancartes et quels ont été les changements ?
Des salaires parmi les plus bas des pays de l’OCDE, manque de matériels à longueur d’année, hôpitaux vétustes, fermetures de lits depuis, etc etc Voilà ce que nous ont rapporté toutes ces manifestations dans la joie et la bonne humeur !
 
Nous n’aimons pas la violence et préférons la paix, mais comment ne pas être en colère devant tant d’injustices ? Devons-nous courber l’échine en permanence devant une situation révoltante ?
– Les citoyens sont une majorité à être d’accord pour augmenter les salaires des soignants et les budgets des hôpitaux, comment est-il possible qu’en démocratie cela n’a pas été acté par les gouvernements depuis 32 ans ?
Voila la première des violences qui peut être faite à un peuple, voilà ce qui engendrera des actions violentes dans la rue. Alors on oppose des forces républicaines malléables dirigées par un préfet qui « n’est pas dans le camps des citoyens », aux gens qui n’en peuvent plus de subir autant de mépris et d’incurie depuis des décennies.
 
Rappelez-vous ; les Français ont voté NON au traité de Lisbonne et pourtant il a été adopté, Présidentielles 2017 c’est une minorité de Français qui a élu Emmanuel Macron, un score qui permet à peine de gouverner mais certainement pas de réformer un pays de A à Z.
Des dénis de démocratie il y en a malheureusement bien d’autres comme les 49.3 et autres escroqueries d’une oligarchie qui n’a plus de limites.
Même en temps de crise sanitaire c’est la débandade, rien n’est prévu et Gouverner, c’est prévoir ; et ne rien prévoir, c’est courir à sa perte.
 
Au nom de l’ordre tout n’est pas permis !
Pour rappel : Constitution du 24 juin 1793 : Article 35. – Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Viole t-on nos droits et notre voix ? La réponse est OUI !
Nous n’avons même plus de référendum parce que nous ne votons pas comme ils le voudraient.
Cette République soi-disant démocratique n’en a ni les apparences, ni l’odeur et ne tient plus que par ses Forces Républicaines.
 
Nous n’obtiendrons pas la paix et le calme en engageant de plus en plus de forces de l’ordre, seul l’idiot ou un dictateur (souvent les deux) peut croire en de telles méthodes.
On règle les problèmes sociétaux par la politique et non pas avec des canons à eau ou grenades fumigènes, qui sont ces trublions de la République pour ignorer la volonté du peuple de France ?!
 
En vérité je vous le dis, ces gens-là, engendreront le chaos général et la violence et se diront responsables de rien…
 
Peut-être est-il temps de reprendre le contrôle de notre pays, de nos vies et celles de nos enfants et de penser à une grande réforme de la République avec un partage équitable du pouvoir composé de toutes « les mouvances politiques » de notre pays.
Sans cette réforme de la république, nous nous retrouverons avec encore plus de violences, de blessés parmi les citoyens ou forces de l’ordres, quand une République (ou système) n’a plus de sens ou de valeurs, est-elle encore défendable ?
 
Ce n’est pas de politiciens que nous devons changer, mais de système, et sachez que Rien n’arrête un peuple convaincu de la légitimité de son combat, nos « maux » sont la liberté, la justice et l’équité, Mr Macron, posez les armes, endossez votre gilet de chef de l’état, avant qu’il ne soit trop tard.

P.L pour ParaFox Tv
 
 
Publication Facebook
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *