Les bancs solaires de Biarritz où il ne faut surtout pas s’asseoir…

«sous peine de vous faire chauffer les fesses ou de gêner la production d’énergie.», nous explique Guillaume Barucq (photo), responsable de l’environnement à la mairie de Biarritz et qui est à l’origine de l’installation des bancs solaires.

Partager

Cinq bancs solaires ont été installés vendredi à Biarritz, 7000 euros l’unité, mais il y a un hic !…
Il ne faut pas s’asseoir dessus «sous peine de vous faire chauffer les fesses ou de gêner la production d’énergie.», nous explique Guillaume Barucq (photo), responsable de l’environnement à la mairie de Biarritz et qui est à l’origine de l’installation des bancs solaires.

Depuis l’annonce de cette merveilleuse invention, des BANCS solaires où il ne faut pas s’asseoir, les réseaux sociaux se sont encore une fois enflammés.
« Vivement des trottoirs où on ne puisse pas marcher » « génial des bancs qui font aussi barbecue » « si on a le feu au c… Ça marche ? » sont parmi certaines tirades trouvées sur Twitter ces dernières 24 heures.

Guillaume Barucq, à l’origine de l’installation et qui est aussi médecin, se réjouit que ces bancs soient aussi pourvus de bornes WI-FI !
– Vous avez raison docteur, quelle joie de venir en journée s’asseoir sur le front de mer sur des plaques photovoltaïques à 45°, les fesses posées sur des batteries aux lithium et le corps transpercé par des ondes WiFi de 2.4 gHz à 5 gHz. Rien de tel que prendre l’air marin, n’est ce pas docteur ?
Pour les batteries HS nous imaginons qu’elles seront, elles aussi, envoyées en Afrique ou en Inde pour être enterrées comme la plupart du temps ?

Ces bancs resteront à la disposition du public durant toute la durée du G7 mais la mairie de Biarritz n’exclut pas la possibilité d’en acheter plusieurs à Engie (7000 euros l’unité)

Ndr : Bien évidement vous pourrez vous asseoir sur les bancs solaires de Biarritz la nuit, puisqu’ils ne fonctionnent pas pour les pleines lunes ! Concernant les journées ensoleillées à Biarritz (et il y en a beaucoup) et bien NIET pour les bancs publics. Ou à vos risques et périls…

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *