Jérôme Rodrigues (Gilet Jaune) appelle au calme

Donc j’en viens à vous faire un appel au calme parce que je sais que j’ai eu beaucoup de personnes qui m’ont appelé, très énervées, mais il faut rester calmes, ne répondons pas à la connerie par la connerie

Partager

Salut la Famille, salut à tous, bienvenue, voilà, partagez au maximum, j’ai besoin de passer un message important à tout le monde.
Alors, déjà je voudrais commencer par vous remercier, vous remercier tous, du soutien que vous m’apportez et ça c’est vraiment génial, beaucoup de monde devant l’hôpital, énormément de messages, je ne peux pas tout lire, là pour le coup, j’ai vraiment reçu des milliers de messages et il m’est difficile de répondre à tous, donc c’est pour ça que je me permets de faire un live.

Dans un premier temps, j’aimerais remercier les street-médics qui sont venus à mon secours au moment de l’impact du LBD40 que la police m’a tiré dessus, donc j’aimerais leur passer un message de cœur, les remercier d’avoir pris soin de moi, de m’avoir extrait de la situation et de…je sais que j’étais pas mal énervé, que j’ai mis quelques coups à certains, donc je m’en excuse mais c’était une situation pas mal critique et très douloureuse.
A savoir que j’avais pleinement conscience de ce qui passait et que j’avais pleinement conscience que je venais de recevoir une double attaque, donc une attaque via une grenade de désencerclement et ensuite une deuxième attaque de par le tir de LBD40, donc merci aux street-médics, merci pour le boulot qu’ils font et je voudrais surtout aussi leur apporter le soutien parce qu’ils en prennent plein la gueule aussi et qu’aujourd’hui ils se retrouvent confrontés à des théâtres de guerre. 
Donc ce sont des gens qui sont infirmiers, qui viennent donner du bénévolat et ils se retrouvent pratiquement à être médecins, à soigner des mutilés parce que ce sont des blessures de guerre qu’on est en train de subir aujourd’hui, donc respect à vous les gars, ne lâchez rien !
J’ai une pensée à vous et vous êtes formidables et vous faites du très très bon boulot et sincèrement, merci pour ce que vous avez fait pour moi, merci pour ce que vous avez fait pour tous les autres blessés et j’ai une pensée particulière aussi parce qu’au sein de la manif de samedi, il y a eu un décédé par crise cardiaque donc j’aimerais présenter toutes mes condoléances à cette famille, à la famille de cette personne, je suis très triste de ce qui s’est passé, j’aimerais aussi présenter mon soutien aux street-médics qui ont essayé de prendre soin de cette personne et qui sont très atteintes de n’avoir pu sauver cette personne.

En ce qui me concerne, donc j’ai subi une opération de 4 heures, j’ai le globe oculaire qui a été fendu de l’avant vers l’arrière donc on m’a recousu le globe oculaire et aujourd’hui je n’ai pas la certitude de retrouver pleinement la vue de l’oeil, il faut que le sang qui est autour du globe puisse se drainer, puisse partir pour pouvoir avoir un bilan concret sur le fait si je pourrai revoir ou pas de l’oeil.

Donc, ça c’est pour le statut médical physique on va dire. 
En ce qui concerne la psychologie et ce qui se passe dans ma tête, donc aujourd’hui j’ai conscience de ce qui m’est arrivé, j’ai aussi conscience de ce qui pouvait m’arriver, comparé à d’autres personnes qui ont été blessées lors des premières manifs, eux ne s’y attendaient pas et le vivent psychologiquement plus mal que moi, je pense à beaucoup de personnes et en particulier Jean-Marc, parce que Jean-Marc, j’ai eu la chance de le rencontrer, Jean-Marc alias «Jim Lof» sur Facebook, que j’avais eu l’occasion de rencontrer sur le plateau d’Ardisson pour qu’il puisse venir témoigner de sa détresse et du fait qu’il ait vraiment, lui, perdu son œil, donc mon ami, je pense à toi et je pense aussi à tous les blessés.
Je ne veux surtout pas être une sorte de symbole ou d’égérie des blessés, parce beaucoup d’autres ont été blessés avant moi et il faut parler de tout le monde et je fais partie de tout ce monde-là, je ne suis pas Jérôme le blessé, je fais partie des 2000 blessés et des personnes qui sont toutes décédées au sein du mouvement.
Aujourd’hui il est regrettable de n’avoir aucune excuse du gouvernement et que ce dernier continue d’abattre purement et simplement son peuple, de vouloir abattre la colère qui s’exprime, abattre les revendications qui s’expriment, je ne reconnais plus mon pays, je suis triste pour mon pays, je suis triste de la façon dont agissent les gouvernements et ça commence à suffire.

Donc j’en viens à vous faire un appel au calme parce que je sais que j’ai eu beaucoup de personnes qui m’ont appelé, très énervées, mais il faut rester calmes, ne répondons pas à la connerie par la connerie, c’est le meilleur moyen de leur donner raison.
Venez marcher tranquillement samedi, surtout que samedi, la manifestation était déjà prévue depuis pratiquement 2 semaines, elle a été organisée par des blessés et pour des blessés, donc par respect pour eux, par respect pour leur handicap, je vous demanderai de venir manifester le plus tranquillement possible, avec des messages de paix et toujours nos revendications qui restent toujours les mêmes, vous les connaissez, l’accession à la baisse de TVA sur les produits de Première Nécessité, l’accession à une nouvelle Démocratie qui doit passer par le RIC et, bien sûr, la fin des privilèges, d’accord, mais aujourd’hui j’ajouterai une 4ème revendication : des excuses de la part de notre gouvernement, j’appelle à la démission de Castaner parce qu’il ne sait pas gérer ses forces de police et que ce monsieur aujourd’hui a du sang sur les mains,a le sang de tous les blessés et le mien aussi, donc cette personne doit sortir du gouvernement, nous n’avons pas à être gérés par des personnes comme ça.

Je voudrais remercier toutes les personnes qui sont venues devant l’hôpital, tout le monde n’a pas pu entrer, l’hôpital est très inquiet pour moi, ils m’obligent, et ils sont dans leur rôle, à me reposer, donc je vous demanderai à tous et toutes, demain, de ne pas venir à l’hôpital, même si ça me fait très plaisir de vous voir, je vous demanderai…voilà, il y a de fortes chances que je puisse sortir mercredi donc pour optimiser mes chances de sortir le plus tôt possible de l’hôpital, de ne pas venir pour que je puisse profiter du repos et aussi de profiter de ma famille proche, vraiment ma famille proche, parce que vous êtes tous aujourd’hui ma grande Famille, vous êtes tous vraiment ma grande Famille et vous m’avez vraiment fait plaisir à venir me voir ( voix émue) à l’hôpital et j’ai pas pu accueillir tout le monde et je pourrai pas répondre à tous les messages (voix très émue), mais sachez que vous m’avez fait plaisir et que j’oublierai pas et que de toutes façons je lâcherai pas le combat.
Je vous abandonne pas, et si j’ai perdu un œil et d’autres, une main ou un pied ou même un œil ou même la vie, et ben pour ces gens-là, il faut continuer à se battre et on se battra jusqu’au bout mais toujours avec le calme et le pacifisme que vous me connaissez.
Et j’en appelle vraiment à vos responsabilités de faire en sorte qu’il n’y ait plus de blessés et qu’à chaque fin de manifestation, (voix émue) de partir, de partir du point d’arrivée, de vous retrouver dans des cafés, d’aller boire un coup, d’aller discuter entre vous, de faire ce fameux Débat National, d’aller discuter avec les gens ou de rentrer simplement auprès votre famille, en bonne santé, parce qu’une bonne manifestation c’est quand tout le monde rentre vivant à la maison et non pas dans un hôpital ou (voix très émue) dans une boîte, enfermé entre quatre planches.

Il y a beaucoup de malheurs aujourd’hui en France, il y a beaucoup de choses qui se passent et faut savoir se battre contre ça et je vous fais confiance, vous êtes un peuple de vainqueurs, la France a une Histoire dans la Liberté, la France a une Histoire dans la Démocratie et la Constitution des Droits de l’Homme et aujourd’hui il faut le rappeler à nos dirigeants qui ont tendance à l’oublier.
Nous sommes quand même la Mère Patrie des Droits de l’Homme, nous sommes quand même la Mère Patrie de la Constitution des Droits de l’Homme et il est important de le faire rappeler à notre cher Président parce que ce monsieur, aujourd’hui, n’a aucun respect pour son peuple, pour tirer à balles en caoutchouc ou molester son peuple, ce mec là ne respecte pas du tout son peuple.

Voilà, voilà les amis, je vais être très court, je réitère mes remerciements auprès de tous les bénévoles de la manifestation, de tous ceux qui organisent la manifestation, vous savez que j’en faisais partie et que je prenais à cœur de pouvoir participer aux organisations, je ne lâche pas le combat, je reste avec vous, je vais continuer d’organiser la manifestation de samedi, j’ai pas la certitude de pouvoir vous rejoindre, si je ne peux pas vous rejoindre le cœur sera là.
Je vais aussi aider à l’organisation de la manifestation des Femmes qui aura lieu aussi ce dimanche, d’accord, qui sera aussi déclarée en Préfecture, en espérant que ces derniers ne nous mettent pas des bâtons dans les roues parce que nous sommes un peuple et un peuple a le droit à la parole, a le droit à la manifestation et aucun Débat National ou pas, ne peut nous empêcher de manifester ; on peut très bien faire les deux.
C’est pas parce qu’on débat qu’on ne peut pas manifester et c’est pas parce qu’on manifeste qu’on ne peut pas débattre.
Je suis pour la discussion, je le rappelle mais pas dans la forme proposée par Macron, le fond de la discussion peut être bon, les thèmes choisis par Monsieur Macron ne sont pas du tout en relation avec ce que, nous, nous avons besoin d’exprimer aujourd’hui mais en tout cas, voilà, la Famille, on lâche rien, sachez que ça a, et je vais faire un vieux jeu de mot, un impact mondial, que beaucoup de télés m’ont appelé, les USA, le Canada, le Portugal, les Pays-Bas…j’ai reçu énormément de dessins, j’ai reçu énormément de cadeaux, je peux pas tout vous montrer, j’ai pas tout ouvert encore…

j’ai reçu des petites pancartes, des gens qui font des choses formidables, des cadeaux, des fleurs…
Donc je vous cache pas que je peux pas tout manger donc je fais plaisir aux infirmières qui prennent soin de moi et sachez que les infirmières sont aussi de notre côté parce qu’il y aussi un malaise dans les hôpitaux, que ces personnes-là doivent être soutenues et que de toutes façons, y’a un malaise dans toute la France.

Voilà la Famille, je vous embrasse très fort, je vous embrasse très fort, on lâche rien, on marche ensemble et on ira au bout de notre combat qu’il le veuille ou non, Manu, c’est notre France, ce n’est pas Ta France et tes policiers ne sont pas tes jouets et je réitère mon appel aux policiers de venir nous rejoindre, ne serait-ce que par le manque de respect de notre Président vis-à-vis de votre fonction, en laissant se suicider vos collègues, d’accord.
Aujourd’hui nous sommes à un suicide tous les 2 jours dans les forces de police, Macron n’est même pas capable de respecter sa propre police et ça, c’est très très dangereux.
Donc messieurs policiers, rejoignez-nous,baissez les boucliers et laissez mener à bien cette révolte parce que cette personne nous mène au casse-pipe.

Je vous embrasse très fort, je pense à vous, merci encore et n’hésitez-pas de continuer à envoyer vos messages de soutien, j’essaierai de répondre au maximum et puis quand je sortirai de l’hôpital, je referai un live pour vous parler et vous donner des nouvelles.
Alors je pense à tous les malades, à tous les blessés, je pense à vous les gars, ben j’avais une grande famille et ma famille s’agrandit aujourd’hui avec vous, encore plus et c’est vrai que tant qu’on n’est pas particulièrement touché par la situation, on a du mal à se rendre compte mais là, quand on est en plein dedans, c’est très très compliqué.
Je vous embrasse, prenez soin de vous, j’espère vous voir samedi, nombreux, massifs et surtout, surtout, pacifistes. N’écoutez pas les conneries des médias à mon encontre, il y a beaucoup de choses qui vont sortir sur ma  personne qui vont s’avérer être fausses…la vérité elle sort de ma bouche… je vous embrasse et je vous dis à bientôt la Famille, merci pour tout,  je vous kiffe.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *